ALN agnès§poésie

06 décembre 2019

Ça y est mon état sombre... la gorge nouée et les frissons de fièvre, ma voix s'écaille, se brise, ma nuque me fait mal... J'ai un état grippal... Mes idées, mes yeux, mon esprit tout devient flou... Je vais essayer la léthargie... le sommeil allongé... le repos forcé... 

Je vais laisser mon corps combattre le virus et plonger en moi même. Viendront des rares fois où je suis malade des notions peu fiables... Les temps indeterminés entrecoupés de siestes et de lourds sommeil... J'ai encore la sensation de mollesse dans les bras et les jambes. L'envie de me laisser aller aux rêves... 

Je vais être obligée de me reposer ce week-end. 

Posté par ALNagnespoesie à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Il y a sur ma perception, une vague roulante, une écume rampante, de la magie... Au travers de mes sens, j'ai depuis toute petite regardé le monde avec ma sensibilité contemplative, captivée par le vol de fines particules dans un rayon de soleil ou les reflets sur une bulle de savon... Je me surprends encore à être attendrie par ces moments suspendus. C'est vrai que quand je te vois, je me sens dans ce même état. C'est étrange car à la fois je suis très concentrée sur l'instant et en même temps ma vision est tronquée... Par exemple, jamais je ne pourrais dire quelle est la couleur de tes yeux... Je les vois parfois verts, parfois plus foncés... Lorsque je te vois ma vue se trouble et se fige sur une parcelle de toi. Je suis comme toujours fragmentée dans ma façon de te voir. Une couleur, un trait, un détail. Et parfois, c'est l'inverse je vois ton corps en entier mais tout le reste est flou... Ainsi je vais être concentrée sur ta posture, sur ta façon d'être et je ne vois plus rien d'autre...

La vision de la réalité est un trouble, je ne cherche pas à regarder d'une manière ou d'une autre, c'est juste différent de te voir. Ce que je vois c'est la brillance de ton regard, je vois aussi de la sympathie lorsque tu me regardes. Je suis sûrement un peu bizarre à tes yeux, je te rassure, je ne me suis pas encore habitué moi-même, à se dire même que après tout ce temps, je suis surprise par mes émotions et ce que je vis en moi.

Aujourd'hui, ce qui m'importe c'est de pouvoir continuer à scruter de temps à autre tes yeux pour enfin déterminer leur couleur. Je me suis engagée dans une vie de famille, un couple. Pourtant, je suis toujours à la recherche de la couleur de tes yeux... Je ne sais pas si c'est compatible. Je vais tenter d'être indulgente avec mes sentiments. J'espère que tu ne m'en veux pas. C'est plus fort que la raison, c'est presque de l'ordre de l'inconscient... Je vais tenter de comprendre mais ça n'empêchera pas que je ressente.

Le risque c'est que tu en es trop marre. Dis-le moi, si un jour c'est le cas. Je trouverai d'autres solutions pour t'épargner. Je n'ai vraiment pas envie de t'emmerder.

 

Je suis peut-être complètement maso, sans le savoir... Après tout, il faut l'être un peu pour reproduire une situation comme celle ci deux fois en dix auprès de la même personne en plus !

Je ne sais pas trop comment me l'expliquer. Juste je me sens tellement bien lorsque je te rencontre. Tu soulèves cette vague intérieure et je flotte, je plane, je ne sais pas, je suis dans un état second. Dans une autre vision...

 

 

Posté par ALNagnespoesie à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2019

Parfois, la vie laisse une drôle d'impression. Parfois, il faut se battre. Il y a des moments difficiles. J'ai envie de tenir ta main, un peu, aujourd'hui. Juste écrire comme je ressens les choses. Tenir ta main, comme des mots qui se posent sous ton regard. Te dire que tu es une personne qui est différente de tant de gens. Tu relèves des défis et tu remportes des batailles. Tu es une femme forte et en même temps je sens qu'il y a aussi en toi le besoin d'être soutenue ou du moins entendue. Alors, cette main tendue pour prendre la tienne, la tenir et la chauffer de la chaleur de mon coeur, est là, pour toi sans jamais vouloir quoi que ce soit d'autre de toi. Une poignée de main... Un salut du coeur...

 

Posté par ALNagnespoesie à 07:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2019

Des rires, du plaisir à partager, ma vie est rythmée grâce aux sourires des gens... J'essaye toujours de donner et de permettre, de proposer et d'organiser... Aussi loin que je me souvienne j'ai toujours été ainsi... Le risque c'est de s'oublier... Qu'est ce que c'est agréable de faire du bien à l'autre. Je crois que c'est ma plus grande préoccupation au jour le jour. 

Certains disent que les hyper sensibles ont plus d'empathie, je n'en sais rien, ce serait difficile à mesurer ça c'est sûr. Mais ta façon d'être ressemble à cet acte de donner comme ça juste parce que tu peux le faire... Et toi tu es comme cela.

Je pense que tu as sans doute beaucoup d'empathie. Je le vois dans ta façon d'accueillir  les demandes des personnes autour de toi. L'un qui veut te parler d'un projet, l'autre qui s'adresse à toi pour te demander quelque chose...

Tu incites à la bienveillance. 

Je me sens souvent intimidée face à toi, même si depuis nos "retrouvailles" je le suis beaucoup moins qu'avant. 

C'est toujours cela qui active mon émotion et mon hyper sensibilité. Je suis toujours très à ton écoute parce que j'ai besoin de sentir les moindres petits mouvements de ta pensée ou de ta voix. C'est comme un chant qui me concentre vers toi. J'essaye de saisir comment je suis presque collée à toi, feuille calque, l'oreille à ton écoute de manière hyper intuitive et sensible.  Ce que je ne fais pas avec les autres personnes de manière aussi intense. Je te ressens c'est comme une méditation... Un temps de contemplation. Comme lorsque j'écris ou que je fais des photos. 

Je suis bien dans ces moments, accaparée pleinement...

 

Posté par ALNagnespoesie à 13:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2019

Cela fait deux fois que tu apparais dans ma vie et que tu appelles quelque chose en moi... La première fois, j'ai refusé, puis, j'ai du intégrer enfin j'ai assumé ce que cela impliquait pour ma vie.

Maintenant, je suis surprise que cela puisse m'arriver à nouveau, j'ai fait beaucoup de chemin, je ne suis plus la même personne, j'ai beaucoup grandit.

Pourquoi, tu me destabilises à nouveau, je ne saurais le dire.

Cependant il  y a quelque chose que m'a dit ma compagne qui vient d'appliquer un baume sur mes émotions et mes peines : elle m'a dit que quoi qu'il arrive elle sera toujours là pour moi. J'ai tout de suite senti un grand calme en moi, un apaisement.

Je me suis sentie libérée d'un poids terrible. Je me suis dit que l'amour vrai c'était celui là, aimer peu importe les aléas de la vie, au delà du fait d'être ensemble ou pas. C'est ça le véritable amour. Qu'importe les circonstances, peu importe les trajets, il existe des personnes que l'on aime très fort et on les aime dans leur liberté en les laissant vivre qui elles sont, en les laissant être ce qu'elles sont, en étant juste là dans quelques occasions, rapprochées ou pas.

Ma compagne est un merveilleux cadeau de la vie. 

L'émotion et l'attirance que j'éprouve pour toi sont bien là et elles resteront en moi je le pense comme un amour vivant au travers de sentiments respectueux, à la distance fixée.

Moi, je vais tout faire pour me permettre de mieux vivre avec mes émotions amplifiées d'hyper sensible.

Je me rends compte d'un autre côté, de la chance que j'ai de vivre avec ma compagne.

 

Il n'y a pas de vérité, il n'y a pas de bien ou de mal, il y a juste la façon de vivre et d'appréhender ses émotions. Peut-être qu'un jour je comprendrais ce qui est en jeu dans l'intensité de l'émotion que j'éprouve pour toi. Une fulgurance. Peut-être que c'est là finalement qu'est le véritable amour passion et que je me trompe de chemin. Peut-être que je t'aimerais toute ma vie, même si je te fuis encore une fois pour échapper à ces sentiments. Honnêtement je n'en sais rien.

 

J'essaye de faire pour le mieux. Je ne sais pas quoi faire d'autre.

 

Si tu avais répondu à mon sentiment, si comme il m'avait semblé lors d'une de nos conversations tu étais réellement déçue de me savoir en couple (mais j'ai du mal interpréter le mouvement que tu as fait lorsque je te l'ai annoncé), si tu avais exprimé le moindre doute, je ne sais pas comment les choses se seraient développées... Ma compagne m'a demandée ce que j'aurais fait si tu avais partagé les mêmes sentiments pour moi et je n'avais aucune réponse à lui donner car je veux être honnête... Ta réponse ne laisse aucun doute sur tes sentiments en tout cas, c'est évident.

Plus tard, si j'arrive à maîtriser mes sentiments et mes émotions, si j'arrive à être plus sereine en te croisant, si le temps me permet d'apaiser les choses... Peut-être qu'on pourrait devenir plus proche...

 

Je laisse l'avenir s'écrire doucement, je vais continuer mon chemin, mes apprentissages, retrouver le calme dont j'ai tellement besoin pour accepter de vivre dans ce monde.

 

 

 

Posté par ALNagnespoesie à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 novembre 2019

Cette nuit tard, j'ai rencontré ton regard...

Tu avais l'intensité de tes prunelles et la douceur de la courbe de tes cils.  La forme de ta paupière et cette belle  lumière...

Je n'en n'ai pas fermé les yeux. 

J'avais tellement d'émotions en moi, le coeur qui bondit d'un coup comme s'il partait en voyage à l'extérieur de ma poitrine.

Une lance vrille et tourne en moi, comme une énergie qui imprime mon fort intérieur de désirs interdits, d'idées défendues. 

La frustration de ne pas être près de toi et la frustration de vivre des sentiments contradictoires...

De la peine à vivre des émotions si compliquées et tellement déroutantes...

De la culpabilité, sentir que mes rêves éveillés sont des armes contre la réalité de ceux qui sont dans mon quotidien et qui m'aiment...

Une nuit presque blanche pour soulever l'obscurité... Une force du ressenti tellement évidente qu'elle me retranche dans mes principes, dans mes volontés.

Une si grande fatigue que tout paraît futile en soi, que rien ne passe, que tout se suit... comme si la vie s'amusait à faire de mauvaises farces...

Une si grande fatigue que te dire les choses sont la seule solution pour évoquer la situation et me contraindre à être honnête avec moi-même... avec toi... même si j'ai si peur de faire du mal ou d'importuner... 

Une si grande fatigue que les larmes déversent le trop plein d'émotion, le trop plein de passion, ma démesure...

J'aimerais bien apprendre à vivre avec cette beauté en moi que tu m'inspires sans en souffrir sans me sentir en déséquilibre et en danger. 

J'aimerais apprendre à retenir les mouvements de mon cerveau et limiter la destabilisation systématique...

J'ai toujours à apprendre, je dois laisser s'échapper ce que je ne contrôle pas, je ne suis pas un robot je suis droite. 

Mes émotions sont fortes et je dois juste accepter que je ne peux rien changer... juste traverser ce moment et attendre que la fureur de la rivière se calme...

 

Posté par ALNagnespoesie à 18:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2019

C'est fou, c'est drôle, vivre, aimer, je mesure le parcours que j'ai accompli depuis des années, je sors enfin des ombres de mes souffrances...

Tu es entrée dans ma vie à un moment où je voulais me réaliser. J'avais déjà fait beaucoup de chemin avec mes affres et les chocs de mon enfance. Tu m'as alors transpercée à vif d'une brillance, d'une lumière. J'étais subjuguée. Bien mal avec mon estime de moi, terriblement effrayée par l'intensité de ce que j'éprouvais, j'étais destabilisée. Ca a été une grande révolution. J'ai commencé à prendre soin de moi pour la première fois de ma vie. J'ai recommencé à écrire. J'ai pleuré beaucoup. Je me suis posé des tas de questions. J'ai consulté une psy. J'étais sur la défensive.

Puis je me suis éloignée, j'ai pris de la distance. J'ai fais ma vie.

 

Te voilà qui reviens alors que je ne pensais plus te croiser, je t'avais même quelque peu oubliée.

 

Quand j'ai su qu'on allait se croiser, j'ai eu peur. Je m'imaginais que tu avais peut-être des griefs à me reprocher.

 

Puis, j'étais tendue. J'avais même peur que tu me snobes et que tu passes à côté de moi sans dénier me reconnaître (c'est pas trop ton genre mais la peur ça ne s'explique pas toujours).

 

Lorsqu'on s'est croisé, j'ai eu l'impression d'être dans une mise en scène, tu avançais en face de moi, nous nous retrouvions au centre d'une allée, ton sourire, tes mots sympathiques, la descente d'un escalier côte à côte, une grande joie de te revoir, une joie intense. Ton humour, ta délicatesse.

 

J'ai refermé tout ça dans ma tête, c'était pas une catastrophe de se voir, c'était même très plaisant.

 

Puis, peu à peu en te recroisant, tes yeux, ton sourire, ta voix, ta façon d'être, tout m'a rappelé combien tu m'avais manquée... Combien j'aimais ta présence.

 

Et puis comme par un effet inéluctable, me voici réveillée dans la nuit avec ton image devant les yeux, mon désir intense pour toi, mes pensées qui viennent vers toi comme un aimant, mon envie de te voir, de passer du temps avec toi, d'apprendre à mieux te connaître... Ma vie, en couple avec ma compagne bousculée dont tout ce temps passé à construire une relation avec cette belle personne malgré nos quelques difficultés.

 

Je me suis sentie hachée...

 

Ma loyauté, ma sincérité, mes valeurs sont là. Tu as ta vie à toi sans te soucier de moi à aucun moment. J'ai souhaité partir ailleurs pour t'éviter.

En voulant m'éloigner, je me suis rendue compte que c'était à nouveau la peur en moi qui commandait.

 

Puis, comme ce n'est pas possible pour le moment, j'ai décidé de continuer à apprendre de ce sentiment pour toi. Je lis beaucoup sur mon hypersensibilité, sur les émotions et sur la recherche de sérenité. Ca n'enlève rien mais ça m'aide à mettre des mots sur ce que j'éprouve, à comprendre comment c'est possible de vivre cela, de le traverser, de l'accepter.

 

J'en suis là.

 

Je ne t'ai pas vu depuis quelques temps, demain je vais te croiser et après demain tu viens me voir pour le travail. J'aimerais juste vivre ce magnifique amour qui m'incite à reprendre contact avec les choses positives de la vie, comme un appel : "Hé oh, réveille toi, tu t'es endormie, la vie t'appelle".

Je me sens responsable de mon bien-être alors je refais un peu de gym, je m'achète des choses qui me font plaisir, j'écoute à nouveau de la musique, je recommence à avoir envie de cuisiner, j'ai à nouveau envie de m'impliquer dans des activités... J'avais mis de côté énormément de choses qui sont essentielles à mes yeux sans m'en rendre compte.

Je transporte maintenant en permanence la joie qui s'est retrouvée en moi lorsque je t'ai retrouvée là devant moi. J'ai envie de rire, de m'amuser, j'ai envie de danser même si je n'en n'ai pas eu l'occasion encore. Je prends les petits soucis avec beaucoup de recul. Je me sens revivre, renaître comme si tu m'avais libérée de mes chaînes.

C'est fou et c'est drôle, vivre, aimer.

 

 

 

 

 

Posté par ALNagnespoesie à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

tu viens me dire aujourd'hui

plus besoin d'avoir peur

tu me délivres

tu me délies

je me retrouve

aimer m'envahit

cela m'a bousculée

m'a incitée à prendre la fuite

peur de te nuire

mais

comme je ne peux pas disparaître

cette fois-ci

comme je me sens plus confiante aussi

comme tu es si prévenante avec moi

je me dois de comprendre

qu'est-ce que tu provoques en moi

qu'est-ce que tu me dis

 

j'ai envie d'être heureuse

 

heureuse pour de bon

la joie qui s'infiltre en moi

le bien-être

une stimulation positive

 

je regarde tout ce que j'ai laissé de côté

je renais

 

on ne partagera peut-être jamais le sentiment que j'ai pour toi

mais il m'apporte tant

il fait briller en moi cet élan de vie

il me responsabilise

je me sens plus forte

je vois en moi l'envie de vivre

l'envie d'être bien

l'envie de joie

l'envie de beau

l'envie de biens

l'envie de chaleur

l'envie de désir

 

je me dois d'ouvrir le chapeau de mon coeur

regarder à l'intérieur

sourire

lire

 

je veux juste laisser la vie venir

me transporter

en ressentant toujours

le cadeau que tu m'as glissé

 

je veux juste écrire

pour me permettre d'exprimer

la beauté de l'émotion

la joie et le bien-être qui en découle

 

merci

 

 

 

 

Posté par ALNagnespoesie à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2019

elles ont marché dans la rue, elle ont crié, elles se sont réunies et elles ont scandé,

une seule voix, un choeur de femme, une harmonie

je l'ai entendue et j'ai été émue comme lorsqu'on prend dans ses bras une personne que l'on aime

cette voix résonne en moi de toutes ces ondes

cette voix élevée contre toute les violences faites aux femmes

cette voix qui refuse, cette voix qui dit non

j'ai entendu dans l'air et le vent, dans l'air du temps quelque chose qui amorce un changement

une lutte, des slogans, un trajet, une destination,

pour une égalité, une prise de conscience, un dévoilement,

enfin, il est temps,

cette voix doit ouvrir tous les murs, les toits et les fenêtres de tous les gens

cette voix passerelle pour crier l'inacceptable

cette voix étincelle pour mettre le feu à la domination, au patriarcat, au sexisme

la voix qui montre la voie

le désir d'un monde meilleur se réalisera avec la voix des femmes

 

 

 

 

 

Posté par ALNagnespoesie à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 novembre 2019

ressentir

être comme une fleur et son pétale

ayant en soi tant de promesses

de nouveauté

d'idéaux

être à fleur de peau

 

être pleine de légèreté

en même temps qu'appréhender une étrange gravité

ressentir

le moindre élan

la plus petite déception

entendre le coeur de l'autre

 

ressentir

à l'intérieur de soi

les vagues, les empreintes,

la respiration

l'intonation

 

ressentir

les parfums intérieurs

les douceurs

la gentillesse ou la retenue

se laisser parfois envahir

sans savoir se protéger

 

ressentir

vivre en soi l'autre

accueillir

 

 

Posté par ALNagnespoesie à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :